ποιος ακούει ότι η μια μόνη καμπάνα δεν ακούει παρά έναν ήχο

Δευτέρα, 30 Ιουλίου 2012

Comment la Grèce va pouvoir trouver 11,6 milliards d'économie budgétaire?

La troïka des bailleurs de fonds internationaux (BCE, UE, FMI) restera autant de temps qu'il faut pour aider le gouvernement grec à trouver des mesures équilibrées pour continuer à percevoir une aide vitale. Elles doivent notamment permettre 11,6 milliards d'euros d'économies budgétaires pour 2013 et 2014.
Les experts des créanciers internationaux de la Grèce (UE, FMI, BCE) vont rester dans le pays aussi longtemps que nécéssaire jusqu'à ce qu'un programme de réformes crédible soit élaboré, ont indiqué dimanche des sources du ministère grec des Finances. Vendredi, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, avait manifesté son impatience, en indiquant qu'il voulait "des résultats". Las experts de la "troïka" (Union européenne, Fonds monétaire international, Banque centrale européenne) doivent évaluer les progrès réalisés dans l'avancement du plan d'économies draconiennes exigé d'Athènes en échange de la ligne de crédit de 130 milliards d'euros qui lui a été accordée en février pour lui éviter un défaut de paiement. "Nous voulons apporter notre aide et resterons aussi longtemps que nécéssaire jusqu'à ce que votre programme soit prêt", a déclaré l'envoyé du FMI, Poul Thomsen, au cours d'un dîner vendredi avec le ministre grec des Finances, Yannis Stournaras.
Aide à la finalisation de nouvelles mesures
M. Thomsen a promis à M. Stournaras que les experts de la troïka aideraient la Grèce à finaliser les nouvelles mesures qu'elle doit prendre pour réaliser ces économies et qu'ils ne partiraient qu'ensuite, afin de rédiger leur rapport. Ce rapport doit servir aux Européens à déterminer s'ils versent ou non la prochaine tranche d'aide de 31,5 milliards d'euros nécessaire au pays pour maintenir ses finances à flot. La Grèce est très en retard dans l'application des réformes, après les élections législatives de mai et juin qui ont correspondu à deux mois d'instabilité politique. Après une première réunion la semaine dernière, les dirigeants des trois partis qui forment la coalition gouvernementale doivent se rencontrer de nouveau lundi, pour se mettre d'accord sur un train de 11,6 milliards d'euros d'économies budgétaires pour 2013 et 2014.
Des coupes redoutées dans les retraites, la santé et les primes
Les économies prévues ont suscité le courroux du principal syndicat grec du secteur privé, GSEE, qui a rencontré vendredi les experts de la troïka et qui redoute des coupes budgétaire affectant les retraites, la santé et les primes. Le ministre du Travail, Yiannis Vroutsis, a assuré que les retraités modestes ne seraient pas affectés par ces nouvelles mesures d'économies, dans une interview au journal dominical Typos tis Kyriakis. Pour la première fois, il semble qu'il y ait "un plan stratégique" pour la renégociation des échéances du plan d'aide à la Grèce, a ajouté M. Vroutsis.

Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου