ποιος ακούει ότι η μια μόνη καμπάνα δεν ακούει παρά έναν ήχο

Κυριακή, 29 Ιανουαρίου 2012

En relation avec Vincent Lindon, si Rachida Dati votait Bayrou ?

L’hebdomadaire Voici, photos à l’appui, a révélé cette semaine que « l’homme de la vie » de Rachida Dati – puisque c’est l’expression que l’ex-Garde des Sceaux avait elle-même utilisé la semaine  précédente dans une grande interview à... Gala - s’appelle Vincent Lindon.
À 52 ans, ce dernier – neveu de l’éditeur Jérôme Lindon, directeur des Editions de Minuit (situées à la gauche de la galaxie littéraire) - est à la fois un acteur qui, avec l’âge, a gagné en sensibilité et en densité, un séducteur attachant, et un personnage à bien des égards hors-normes. Avec, entre autres, quand il est ému, un fort bégaiement qu’il maîtrise alors mal. Cette difficulté, François Bayrou – qui l’a maitrisée depuis - l’a lui-même connue tout jeune. Un Bayrou dont Vincent Lindon a explicitement soutenu la candidature àl’Elysée en  2007.
Cliquez ici !

Il était Premier ministre dans "Pater"

Il y a en fait – au moins - deux Vincent Lindon. Le premier, tout en étant pudique, défraie régulièrement la chronique des magazines people. Ainsi, au fil des ans, l’aura-t-on vu au bras de Claude Chirac ou de Caroline de Monaco. Et il a une petite fille, née de son mariage avec l’actrice Sandrine Kiberlain. Aujourd’hui, ils sont divorcés. L’autre Lindon, c’est l’acteur engagé, non pas au sens d’un parti politique (à gauche ou à droite) mais pour des causes « citoyennes » qui le touchent. Ainsi l’a-t-on vu, juste après l’affaire des réfugiés qui s’entassaient à Sangatte (Pas-de-Calais), dans Welcome, le beau film de Philippe Lioret, tourné à Calais qui retrace le drame d’un jeune réfugié kurde en transit en France et qui cherche par tous les moyens à gagner Londres. On l’a aussi vu incarner un Premier ministre dans Pater, cet étonnant film d’Alain Cavalier, lui-même jouant le rôle du Président de la République. C’était déjà une réflexion sur le pouvoir, et surtout ses limites. A cette occasion, Lindon, filmé fréquemment en gros plan et engageant beaucoup de lui-même, avait, de façon très « nature », le visage « travaillé » par les tics.

Lindon fasciné par Giscard

Le même Vincent Lindon, il y a un peu plus d’un mois, était l’invité en direct de Laurent Delahousse sur France 2, un dimanche soir. Se retrouvant face à Valéry Giscard d’Estaing, lui aussi invité, il s’est soudain glissé, de façon non prévue, dans la peau d’un journaliste, en bombardant Giscard de questions. Il était comme fasciné par l’ex-président de la République qui paraissait ce soir-là surgir de la nuit des temps (mais la réciproque était vraie aussi). Et c’est le même Lindon qu’on peut aussi, entre deux tournages, apercevoir dans le quartier Saint-Sulpice à Paris en train de jouer aux boules. Comme n’importe qui…

Rachida plus que jamais star

Est-ce à dire que l’eurodéputé Rachida Dati – toujours politique, mais de plus en plus star - pourrait demain, sous l’influence de Lindon, s’intéresser au candidat Bayrou ? On n’en est pas là. Seule certitude : en-dehors des aléas de la passion (que personne ne contrôle, ni avant ni après), Dati est devenue carrément exceptionnelle dans l’art de ne pas se faire oublier et, au-delà, de faire converger sur sa personne les feux de l’actualité : « Et moi, et moi, et moi !... ».  Quant à voter Bayrou plutôt que Sarkozy (ou Fillon), on verra. Mais avec l’imprévisible, provocatrice et transgressive Rachida, tout est désormais possible.

Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου