ποιος ακούει ότι η μια μόνη καμπάνα δεν ακούει παρά έναν ήχο

Παρασκευή, 18 Φεβρουαρίου 2011

Grèce: le parlement dérèglemente les professions libérales 

 Les députés de la majorité socialiste grecque ont adopté dans la nuit de jeudi à vendredi une loi dérèglementant les professions libérales, dont celles d'avocat, notaire, ingénieur et expert-comptable, comme réclamé par l'UE et le FMI.
La loi prévoit la levée des innombrables conditions posées pour entrer dans ces professions dites "fermées", alors que selon une étude de l'OCDE, la Grèce détient après la Pologne le record de l'interventionnisme public dans le secteur des services.
Les professions protégées se comptent par dizaines en Grèce, allant du boulanger au coiffeur. Au terme de la nouvelle loi, chaque ministère compétent pourra toutefois d'ici quatre mois décider, dans un décret présidentiel de maintenir certaines conditions, si elles sont jugées nécessaires pour la protection de l'intêret public.
Le texte ouvre aussi spécifiquement à la concurrence les professions d'avocat, notaire, ingénieur et experts-comptable, d'où sont traditionnellement issus la plupart des députés grecs.
Selon le gouvernement socialiste, ces métiers étaient surprotégés, avec notamment de rigides planchers d'honoraires et l'obligation faite de recourir à leurs services pour toute une série de transactions, ce qui augmente la bureaucratie et pèse sur la compétitivté du pays.
Le ministère des Finances a toutefois dû reculer sur une des dispositions de la loi qui autorisait l'ouverture sans aucune limite territoriale de cabinets d'avocats, face à un tollé de parlementaires, y compris socialistes. L'opposition a dénoncé le flou du texte, dans l'attente des décrets présidentiels.
Les avocats ont mené plusieurs grèves contre cette loi, comme l'avaient fait avant eux les pharmaciens et les chauffeurs-routiers, dont les métiers ont aussi été dérèglementés depuis cet été.
Cette dérégulation générale faisait partie des réformes réclamées par l'Union européenne et le Fonds monétaire international pour le déblocage de la quatrième tranche, d'un montant de 15 milliards d'euros, du prêt de 110 milliards consenti au pays en mai 2010 pour lui éviter la banqueroute.

Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου