ποιος ακούει ότι η μια μόνη καμπάνα δεν ακούει παρά έναν ήχο

Πέμπτη, 9 Δεκεμβρίου 2010

Dix mots clés pour mieux comprendre la crise (1/2)

Depuis deux ans, une crise financière puis économique et sociale d'une ampleur sans précédent frappe l'économie mondiale. Les termes employés au quotidien par les économistes et les politiques pour parler de cette crise sont souvent incompris. Le point en dix mots clé.
Tout a commencé avec les fameux subprimes (1) qui ont débarqué dans tous les médias et toutes les conversations à l'automne 2008. Un mot nouveau, qui allait entraîner dans son sillage l'usage d'un tas d'autres liés aux maux de notre économie : dette publique, hedge funds, déflation... Des notions complexes dont on ignore souvent le sens.

Parce que nous sommes tous concernés par cette crise majeure, faisons en sorte que nous comprenions tous de quoi il retourne. C'est l'ambition de cette page et de celle à paraître demain.
(1) Crédits immobiliers à taux variables proposés par les banques américaines à des ménages aux revenus modestes. La remontée de ces taux a ruiné ces ménages, puis les banques, provoquant la crise.

DIX MOTS-CLÉS POUR COMPRENDRE


1 Croissance. Un pays connaît une phase de croissance économique quand le volume de production, généralement mesuré par le PIB (lire ci-dessous), croît de façon soutenue pendant une période relativement longue. Récession. Un pays est en récession quand le taux de croissance diminue pendant trois trimestres consécutifs. La crise financière a entraîné les pays occidentaux dans une sévère récession dès la fin 2008. La reprise économique, au 2e ou 3e trimestre 2009, selon les pays, n'a pas suffi : le PIB a baissé de 4 % en moyenne dans la zone euro en 2009, de 2,8 % aux États-Unis. À distinguer de la dépression qui caractérise un recul durable de l'activité avec un taux de croissance négatif.
2 Dette publique. La dette publique est l'ensemble des emprunts contractés par un État. Elle augmente à chaque fois qu'un nouvel emprunt est réalisé. On distingue la dette publique intérieure, si les prêteurs résident dans l'État concerné, de la dette publique extérieure, si les prêteurs sont étrangers. Cette dette publique était d'environ 1 500 milliards d'euros en France en 2009 (20 600 € par habitant). Mais les économistes préfèrent mesurer cette dette en pourcentage du produit intérieur brut (voir définition du PIB). Ainsi, la dette publique s'établissait l'an dernier à 78,1% du PIB français. Précisons que l'INSEE, l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économique) et le ministère du Budget n'ont pas les mêmes méthodes de calcul de la dette publique !
3 PIB. Le produit intérieur brut est la somme des richesses créées à l'intérieur d'un pays sur une période donnée, toutes activités confondues et quelle que soit la nationalité des entreprises. Ce qui le distingue du produit national brut, qui prend en compte la nationalité des entreprises. Le PIB est l'indicateur par excellence de la santé économique d'un pays. On mesure le niveau de vie en divisant le PIB par le nombre d'habitants du pays.
4 Inflation. La monnaie perd de sa valeur et cela se traduit par une augmentation des prix. On perd en pouvoir d'achat. Déflation. Le contraire d'inflation : la monnaie prend de la valeur et ceci se traduit par une baisse générale des prix. On gagne en pouvoir d'achat mais l'économie ralentit. À ne pas confondre avec désinflation, qui signifie une baisse de l'inflation mais elle est toujours là !
5 Spéculation. C'est un comportement qui consiste à acheter (ou vendre) des marchandises, des actifs financiers ou des devises, pour les revendre ou les racheter à une date ultérieure en espèrant réaliser une plus-value.
6 Guerre des monnaies. Pour être plus compétitifs à l'international et davantage exporter, les pays jouent sur la valeur de leur monnaie et prennent des mesures pour abaisser son taux de change. En gros, plus la monnaie est faible, plus on exporte ses produits s'ils sont achetés dans cette monnaie. Cette « déflation compétitive » s'observe actuellement entre l'euro et le dollar.
7 Nationalisation. Transfert à l'État, de moyens de production privés. C'est par la nationalisation qu'une entreprise privée devient entreprise d'État. La nationalisation peut être totale ou partielle (l'État entre dans le capital de l'entreprise). La crise a entraîné un vaste mouvement de nationalisations totales ou partielles des banques, les États prenant le contrôle des établissements de crédit pour les sauver.
8 Agences de notation. Leur rôle est de noter la capacité d'un emprunteur, y compris les États, à rembourser son emprunt. Plus la note est élevée (AAA), plus on peut avoir confiance en la capacité de l'emprunteur à rembourser sa dette. Dès décembre 2009, Fitch Ratings, l'une des trois principales agences de notation, avec Standard & Poors et Moody's Investor, abaisse la note de la Grèce. Note qui a continué à être dégradée tout au long de l'année. Les agences notent aussi les produits financiers selon leur degré de risque : plus un actif est risqué, plus sa note est faible (D).
9 Hedge funds (littéralement fonds de couverture). Contrairement à ce que laisse supposer leur traduction en français, les hedge funds sont des fonds d'investissement particulièrement risqués. Peu réglementés, souvent implantés dans des paradis fiscaux, ils ont enregistré une croissance rapide, se sont structurés et peuvent être très rentables pour les investisseurs. On estime aujourd'hui à 10 000 environ le nombre de ces fonds dans le monde. Une importance qui fait craindre qu'ils puissent destabiliser les marchés et l'économie mondiale.
10 Quantitative easing (« QE » ou assouplissement monétaire, en français). Pour relancer l'économie, les banques centrales (FED ou BCE) ont recours à une mesure non conventionnelle : elles rachètent auprès des banques des obligations ou des actifs douteux. Cet argent frais donné aux banques leur permet de sortir la tête de l'eau, de proposer du crédit à leurs clients et par là même de relancer la consommation... et l'économie. D'ici juin 2011, la banque centrale américaine va ainsi injecter 600 milliards de dollars.


 CHRONOLOGIE
Février 2007.   Début de la crise des subprimes aux États-Unis.
Décembre.   Premier plan de relance américain de 150 milliards de dollars.
Automne 2008.   Fannie Mae et Freddie Mac, sociétés piliers du crédit immobilier américain, sont nationalisées. Le 15, la banque d'affaires Lehman Brothers fait faillite.  Dans la foulée, l'État américain décide un plan de soutien au secteur bancaire de 700 milliards de dollars.
La panique se généralise et  les bourses mondiales chutent brutalement.
Octobre : le G7 et l'Europe adoptent des plans de sauvetage bancaire.
Fin 2008/début 2009.   La paralysie du crédit entraîne une récession forte dans les pays occidentaux.  Les États creusent leur déficit pour soutenir leur économie.
Février 2009.   Le congrès américain adopte un plan de relance de 787 milliards de dollars.  Cette année-là, les pays européens se lancent aussi dans des plans de relance, plus modestes.
Décembre.   La Grèce est au bord de la faillite.  Sa dette publique est estimée à 113 % de son PIB.  L'agence de notation Fitch Ratings abaisse une première fois sa note.
Janvier 2010.   Le président Obama annonce un plan de réforme drastique du système bancaire américain.  L'Europe prend des directives dans le même sens.
Mai 2010.   L'Europe et le FMI engagent un plan de sauvetage de la Grèce grâce à un prêt de 110 milliards d'euros en échange d'une cure d'austérité.
L'idée d'un fonds européen de stabilisation financière est lancée.  Il pourra emprunter jusqu'à 440 milliards d'euros pour secourir les États qui en auraient besoin.
Novembre.   L'Europe et le FMI s'entendent sur un plan d'aide à l'Irlande et un prêt de 85 milliards d'euros.
Les pays du G20 ne s'entendent pas sur les nouvelles règles de prudence bancaires internationales établies à Bâle sous la houlette de la Banque centrale européenne.



Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου