ποιος ακούει ότι η μια μόνη καμπάνα δεν ακούει παρά έναν ήχο

Κυριακή, 3 Οκτωβρίου 2010

La Grèce présentera lundi un avant-projet de budget 2011 de rigueur

Le gouvernement grec va présenter lundi un avant-projet de budget pour 2011 ancré sur la rigueur, prévoyant une réduction du déficit public a 7,6% du PIB, a-t-on appris dimanche auprès du ministère des Finances.
Cet avant-projet doit prendre sa forme finale dans les deux prochains mois avant d'être déposé en décembre au Parlement; il sera basé sur le plan d'austérité draconien dicté en mai par l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) en échange d'un prêt de 110 milliards d'euros sur trois ans pour sauver le pays de la faillite. "L'avant projet qu'on va annoncer lundi sera basé sur +le mémorandum+ (signé avec l'UE-FMI) et va intégrer les mesures prévues dans ce +mémorandum+", a indiqué le ministre des Finances Georges Papaconstantinou dans un entretien publié dimanche dans le quotidien grec To Vima. L'objectif principal sera l'augmentation des recettes de l'Etat, qui accusent un retard important par rapport aux objectifs que s'était fixé le gouvernement. Les dernières estimations ministérielles portant sur les résultats des huit premiers mois de 2010, ont révélé un déficit public de 14,493 milliards d'euros, en baisse de 32,2% sur un an. Les recettes n'ont augmenté que de 3,3% sur un an alors que l'objectif était une hausse de 13,7%. "En 2011 nous essaierons d'augmenter les recettes et appliquer la nouvelle loi fiscale et les mesures contre l'évasion fiscale", a souligné le ministre. M. Papaconstantinou s'est dit optimiste sur la réduction du déficit public qui devrait passer d'environ 14% du Produit intérieur brut (PIB) actuellement à 8,1% a la fin de 2010, comme le prévoit le plan de redressement UE-FMI. "Le déficit doit être réduit de 12 milliards d'euros grâce aux mesures que nous avons jusqu'ici prises", a-t-il dit. Avec une dette qui pèse 133,3% du PIB en 2010, la Grèce doit faire des économies importantes sur trois ans, chiffrées à 30 milliards d'euros, dans l'espoir de ramener le déficit en dessous de la barre de 3% d'ici fin 2013. Outre la réforme des retraites, prévoyant un report de 60 a 65 ans de l'âge de départ, le gouvernement socialiste a aussi procédé à des coupes salariales des fonctionnaire et au gel de leurs salaires et des retraites ainsi qu'à une hausse des taxes sur l'immobilier, le tabac et l'alcool et de la TVA et au durcissement de la législation sur l'évasion fiscale. Répondant aux craintes de la presse locale sur le prolongement de la rigueur, M. Papaconstantinou a promis qu'après "les deux premières années de rigueur, les années prochaines seront une periode de stabilité et de développement".

Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου